La CCSN répond à l’article publié le 23 mars 2021 dans le Globe and Mail

L’article publié dans le Globe and Mail, intitulé « Nuclear regulator overlooked puzzling inspection data when renewing licence for Pickering plant, documents show », montre à quel point la réglementation nucléaire est complexe, c’est pourquoi quelques clarifications s’imposent.

À aucun moment le personnel de la CCSN n’a négligé quelque information que ce soit. Il a fait son travail d’analyse des données et des modèles, et a posé les questions requises au besoin. Nos employés sont voués à protéger la collectivité, les travailleurs et l’environnement. Ils ne compromettront jamais la sûreté, et ils peuvent ordonner l’arrêt de n’importe quelle installation ou activité nucléaire s’il est nécessaire de le faire pour protéger le public et l’environnement. Nous devons absolument remettre en question les données que nous recevons pour être certains que les titulaires de permis mènent leurs activités en toute sécurité.

En 2018, après une audience publique de cinq jours au cours de laquelle la Commission a écouté le personnel et les intervenants, celle-ci a autorisé l’exploitation de la centrale nucléaire de Pickering jusqu’en décembre 2024, pourvu qu’elle continue à démontrer que toutes les exigences de sûreté sont respectées. Toute exploitation de la centrale envisagée après cette date doit d’abord faire l’objet d’une audience publique de la Commission avant qu’un permis ne soit délivré à cette fin.

Dernière mise à jour :