Commémoration du 5e anniversaire de l’accident de Fukushima Daiichi

11 mars 2016

En ce jour de commémoration internationale du 5e anniversaire du plus important séisme à avoir frappé le Japon, nos pensées accompagnent la population de ce pays, qui doit toujours faire face aux répercussions des terribles événements survenus en mars 2011. Depuis l’accident, les organismes de réglementation nucléaire et les exploitants de centrale nucléaire du monde entier ont revu leurs façons de faire pour pouvoir garantir au public que l’industrie nucléaire demeure sûre.

En tant qu’organisme de réglementation nucléaire du Canada, la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) a réagi rapidement et a pu confirmer ce qui suit :

  • Les centrales nucléaires canadiennes sont sécuritaires.
  • Le cadre canadien de réglementation nucléaire est solide (confirmé par deux évaluations menées par des pairs de l’Agence internationale de l’énergie atomique [AIEA]).
  • La préparation aux urgences et les mesures d’intervention au Canada sont exhaustives.
  • Même si la menace d’un important séisme aux centrales nucléaires canadiennes est mince, celles-ci sont conçues pour résister à un tel phénomène.

La mission du Service d’examen intégré de la réglementation (SEIR) de 2011, menée sous l’égide de l’AIEA des Nations Unies et faisant suite à celle de 2009, a permis de confirmer que la réponse de la CCSN à l’accident de Fukushima a été rapide, rigoureuse et complète. Le Canada a été le premier pays à intégrer dans son examen par les pairs un module sur les répercussions en matière de réglementation de l’accident de mars 2011.

Depuis les événements survenus à Fukushima en 2011, les titulaires de permis, les partenaires et tous les ordres de gouvernement travaillent avec célérité pour réduire le risque qu’un tel accident se produise au Canada, mais aussi pour renforcer la coordination entre les organisations d’intervention pendant une situation d’urgence. En 2014, la CCSN a pris part à l’exercice Unified Response, un exercice national d’urgence nucléaire à grande échelle visant principalement à vérifier que nous disposons collectivement de bons plans d’intervention d’urgence efficaces pour préserver la santé et la sûreté des Canadiens en cas d’incident nucléaire.

Plusieurs nouveaux documents d’application de la réglementation qui précisent les attentes en matière de réglementation relatives aux exigences dégagées à la lumière de l’accident de Fukushima ont été publiés. Par exemple, de nouvelles exigences ont été établies pour la distribution préalable de comprimés d’iodure de potassium à proximité des centrales nucléaires. Il s’agit de l’une des nombreuses mesures prises par la CCSN pour solidifier la préparation aux situations d’urgence et veiller à ce que la population soit bien préparée à tout scénario d’accident, même s’il est peu probable.

La CCSN a aussi amélioré ses communications avec le public. Elle a obligé tous les exploitants de grande installation à officialiser leurs programmes d’information et de divulgation publiques et a réclamé une coopération, une transparence et une responsabilisation accrues à l’échelle internationale. Notre organisation profite de toutes les occasions qui s’offrent à elle pour inciter d’autres organismes de réglementation nucléaires et organisations internationales qui contribuent à la sûreté nucléaire à informer le public.

La CCSN est fière des contributions de son premier vice-président et chef de la réglementation des opérations, Ramzi Jammal, à titre de coprésident du groupe de travail responsable du Volume 1 du Rapport du Directeur général de l’AIEA sur l’accident de Fukushima Daiichi. Ce document décrit les principaux événements qui se sont produits avant, pendant et après l’accident et fournit du contexte. M. Jammal a aussi participé à l’élaboration d’autres volumes techniques et a été élu à la présidence de la 7e réunion d’examen de la Convention sur la sûreté nucléaire prévue pour le printemps 2017 et dans le cadre de laquelle la sûreté des centrales nucléaires partout dans le monde sera examinée.

La CCSN a récemment évalué le rapport du Directeur général de l’AIEA en fonction de son Plan d’action intégré sur les leçons tirées de Fukushima. Cette évaluation a permis de confirmer que la CCSN était et demeure un chef de file en ce qui a trait au renforcement continu de la sûreté, grâce à ses employés dévoués et à ses activités de vérification entreprises dans le cadre des processus normaux liés à l’autorisation, à la vérification de la conformité, au cadre de réglementation et aux communications – et que ces processus vont dans le sens du maintien du haut niveau de sûreté qu’a atteint le Canada.

Par dessous tout et malgré les améliorations apportées et les leçons tirées, l’accident de Fukushima Daiichi nous a montré qu’il faut être en mesure de prévoir l’imprévisible et d’exiger des exploitants de centrale nucléaire qu’ils se préparent aux événements les plus improbables. Il faut demeurer vigilant et continuer à renforcer la sûreté de l’énergie nucléaire. La CCSN continuera d’assurer une surveillance rigoureuse de tous les titulaires de permis et d’appuyer une culture de sûreté solide dans le secteur nucléaire. Nous ne compromettrons jamais la sûreté… c’est dans notre ADN!

Pour en savoir plus sur l’accident de Fukushima et lire des citations de leaders de la CCSN sur les leçons tirées de cet événement :